Archives de catégorie : Santé

Qu’est-ce que la sclérose en plaques (SEP) ?

Définition

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune, chronique et neuro-inflammatoire, qui affecte la myéline ainsi que les neurones du système nerveux, au niveau de la moelle épinière et du cerveau. On estime qu’elle toucherait près de 2,5 millions de personnes dans le monde (1).

Les causes ?

Un terrain génétique et environnemental semble nécessaire au développement de la maladie, mais les causes de la sclérose en plaques sont encore méconnues. Plusieurs études récentes semblent mettre en évidence un lien avec l’alimentation. En particulier une sensibilité au gluten.

Les facteurs de prédisposition ou de risque

  • L’âge : la sclérose en plaques apparait généralement entre 25 et 40 ans.
  • Le sexe : les femmes sont deux fois plus prédisposées à la maladie.
  • Le terrain familial : la présence de personnes atteintes de sclérose en plaques dans la généalogie augmente le risque.
  • Les infections : certains agents viraux tels que ; le virus de la rougeole, l’herpès 6 (HHV-6), le virus d’Epstein-Barr (VEB), pourraient avoir un impact sur l’apparition de la maladie.
  • L’origine ethnique : les individus de type caucasiens sont plus susceptibles de développer la maladie que les personnes d’origine Africaine ou Asiatique.
  • Le climat : les personnes vivant dans les zones au climat tempéré (Europe, Etats-Unis, Canada) semblent plus touchées.
  • Les maladies auto-immunes : certaines maladies auto-immunes telles que le diabète de type 1, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin.

Facteurs déclencheurs

  • Le stress
  • Le tabac
  • La chaleur
  • Les médicaments
  • Le manque de sommeil
  • Les infections

L’exposition au soleil et le taux de vitamine D semblent avoir un effet protecteur vis-à-vis de la sclérose en plaques.

Diagnostic et premiers symptômes d’une sclérose en plaques

Des engourdissements

Des engourdissements (ou une absence de sensation dans différentes parties du corps) sont régulièrement l’une des premières manifestations qui amènent un individu à consulter un médecin. Les engourdissements peuvent se produire dans le visage, le corps ou les bras et les jambes. Il peut en résulter des difficultés lors des déplacements.

Des picotements

Des picotements accompagnent souvent un engourdissement. Comme différents effets secondaires de la SEP, ceci est une conséquence des nerfs lésés qui envoient des signaux altérés aux diverses parties du corps.

Les individus pourraient également éprouver quelque chose comme une étreinte, comme si une bande élastique serrait autour de la poitrine, pouvant même rendre la respiration difficile.

Des problèmes d’équilibre et de coordination

Les sujets peuvent déclarer qu’ils se sentent brusquement faibles dans un membre. Ils peuvent aussi éprouver des problèmes de préhension, les objets qu’ils tiennent dans leur main leur glissent des doigts. Le cervelet peut aussi être la cible d’attaques du système immunitaire, dans ce cas, la personne peut expérimenter des problèmes d’équilibre et être plus enclin à tomber.

De la spasticité

La spasticité peut impliquer à la fois la rigidité ainsi que des contractions musculaires involontaires. C’est un symptôme commun de la SEP, il est  commun au niveau des jambes et peut se manifester par une légère sensation d’oppression dans les muscles ou de douleur plus sévère.

Dans les cas extrêmes, la spasticité peut entraîner la déformation du corps d’une personne. Presque comme s’ils étaient repliés comme un bretzel. Le symptôme va souvent de pair avec la faiblesse des membres ou d’autres parties du corps.

Des problèmes de visions

Comme les engourdissements, les problèmes de vision figurent parmi les premières manifestations les plus connues provoquant la consultation d’un spécialiste. L’individu peut expérimenter une vision double (diplopie), des douleurs oculaires, une vision brouillée, ou un scotome « point noir ».

Ces manifestations sont normalement dûes à la névrite optique ou inflammation du nerf optique, dit Mark Keegan, MD, partenaire professeur de neurologie à la clinique Mayo de Rochester, au Minnesota.

Est-elle héréditaire ?

La sclérose en plaques n’est pas une maladie héréditaire à proprement parler, on peut par contre affirmer qu’elle est génétique. L’enfant d’une mère atteinte de la sclérose en plaques, verra ses probabilités de développer une SEP augmenter de 20 à 40 fois. Parmi les jumeaux monozygotes « identiques », la probabilité est de 24%, alors que pour les jumeaux dizygotes « différents », la probabilité était de 3%.

Espérance de vie ?

Dans la majorité des cas, l’espérance de vie pour les patients souffrant de sclérose en plaques est proche voire identique à celle de la population générale (2), mais la qualité de vie est fortement altérée par la maladie, d’où l’importance de ne pas rester seul face à la maladie. De nombreux groupes et associations existent pour éviter l’isolement, le taux de suicide, chez les patients souffrant de sclérose en plaques étant plus élevé que la moyenne.

Dans le cas de sclérose en plaques sévère 1% (1), l’espérance de vie est fortement diminuée.

Différentes formes

Poussée-Rémission

Cette forme de sclérose en plaques est caractérisée par une alternance de périodes de rémission et de poussée. C’est la forme la plus courante 85% (1) de sclérose en plaques et la moins sévère, mais les personnes atteintes présenteront progressivement des déficiences.

Secondaire Progressive

Cette forme secondaire qui suit généralement la forme précédente 50% (1) est caractérisée par un déclin progressif des fonctions neurologiques et la disparition des phases de rémission.

Progressive Primaire

Cette forme de sclérose en plaques est proche de la forme secondaire progressive mais est d’emblée progressive sans phase de rémission. Elle est relativement rare 10% (1).

Progressive Récurrente

C’est la forme la plus rare 5% (1) de sclérose en plaques. Elle fait penser à la forme progressive primaire mais avec des attaques plus violentes suivies éventuellement de phases de rémission. 

Le traitement

Le traitement classique

Le traitement aide à soulager les symptômes et à améliorer la récupération lors des phases de poussée. Le plus courant est basé sur une corticothérapie, pour diminuer l’inflammation. Mais il n’existe pas de traitement permettant de guérir de la maladie.

Les avancées récentes

Les modificateurs de la maladie

Des médicaments ont fait leur apparition plus récemment tels que les modificateurs de la maladie qui en ralentissent l’évolution.

Les peptides de la myéline

Des fragments de myéline sont administrés sous forme de patch (3) aux patients. Cette technique permettrait de diminuer significativement les lésions nerveuses et les attaques.

Les techniques d’apprentissage

Cette technique récente basée sur la plasticité cérébrale, vise à modifier la manière d’apprendre, en stimulant des parties du cerveau différentes. Ce type de technique permettrait de compenser les pertes dues à la maladie en utilisant des aires cérébrales intactes (3).

Les traitements alternatifs

Ces traitements sont empiriques et ne bénéficient pas d’études scientifiques probantes bien que certaines soient en cours. Elles semblent cependant amener un bénéfice à certaines personnes souffrant de sclérose en plaques. Elles sont dans certains cas à utiliser avec précautions.

Les acides gras oméga-3

La DHA favoriserait entre autres les fonctions cérébrales (4). Les propriétés anti-inflammatoires de la DHA (5) favoriseraient la santé du cerveau.

Le coenzyme Q

Le coenzyme Q ralentirait l’évolution des maladies neuro-dégénératives. Les résultats de son utilisation sont mitigés.

Les vitamines

  • La déficience en vitamine B1 est liée à de nombreuses maladies neuro-dégénératives.
  • Le manque en vitamine B6 est courant dans les cas de maladies auto-immunes.
  • On trouve souvent des carences en vitamine B12 chez les patients atteints de sclérose en plaques. Palier ce déficit pourrait aider à diminuer les effets tels que : la sensation de faiblesse, la perte de poids, des problèmes d’équilibre, des troubles de la mémoire, et même des lésions nerveuses (6).
  • La vitamine C pourrait protéger de la détérioration, les patients atteints de sclérose en plaques, par ses propriétés anti-oxydantes.
  • La concentration en vitamine E chez les patients souffrant de sclérose en plaques est souvent faible. Elle est pourtant essentielle au bon fonctionnement du système immunitaire.
  • La concentration en vitamine D aurait une forte corrélation avec le développement et la progression de la maladie. La consommation d’aliments riches en vitamine D est de plus en plus recommandée.

Les minéraux

  • Les propriétés neuro-protectives du zinc et ses effets sur la vision pourraient être bénéfiques aux patients souffrant de sclérose en plaques.
  • Le déficit en magnésium est parfois associé à la sclérose en plaques (7).
  • Le calcium est à utiliser avec précaution du fait de la prise courante de vitamine D par les patients atteints de sclérose en plaques, pouvant entrainer une overdose.
  • Suppléments multi-vitaminés et multi-minéraux pourraient aider à prévenir certaines déficiences aggravantes des symptômes de la sclérose en plaques.

Les plantes racines et graines (8)

  • L’aigremoine : des études sont en cour pour évaluer ses effets sur les symptômes de la sclérose en plaques, du fait de ses propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoire sur le métabolisme.
  • L’Amrit Kalash utilisé en médecine ayurvédique, du fait de son action sur le système immunitaire pourrait aider le système immunitaire et diminuer la détérioration du système immunitaire.
  • L’Ashwagandha aussi issu de la médecine ayurvédique est utilisée pour lutter contre les douleurs chroniques, l’inflammation, la fatigue et le stress.
  • L’astragale est utilisé en médecine chinoise pour son action sur le système immunitaire. Elle est à utiliser avec précaution du fait de ses interactions avec certains médicaments.
  • L’épine-vinette est utilisée en Inde et au Moyen-Orient pour diminuer l’inflammation et combattre l’infection.
  • Les études concernant le venin d’abeille pour traiter la sclérose en plaques sont contradictoires et portent sur de faibles échantillons. Par contre le pollen est de plus en plus utilisé pour ses propriétés anti-oxydantes et anti-microbiennes.
  • Les feuilles de myrtilles auraient la capacité de réduire l’inflammation, améliorer la vision et protéger les fonctions cognitives.
  • Les racines de Bardanes favoriseraient la circulation et réduiraient l’inflammation. Ses propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires sont en cours d’évaluation.
  • La camomille présenterait des effets antioxydants et antibactériens.
  • Le Chyawanprash est un mélange de fruits et de plantes en ayurvédique qui protégerait les fonctions cognitives (9) et favoriserait le système immunitaire (10) tout au moins chez l’animal.
  • La canneberge pourrait avoir des bénéfices pour les patients dont la vessie est atteinte.
  • Les racines et feuilles de pissenlit réduisent chez les animaux les effets de la fatigue et favoriseraient le système immunitaire (11). Elles contiendraient des antioxydants et des anti-inflammatoires (12).
  • Les propriétés anti-inflammatoires et neuro-protectrices du gingembre et d’autres épices sont en cours d’évaluation (13).
  • Les acides gras essentiels, oméga-3 et oméga-6 sont à l’étude et sont considérés comme une option prometteuse dans le traitement de la sclérose en plaque.
  • Les probiotiques, que l’on trouve sous forme de yaourts ou de suppléments, faciliteraient l’absorption alimentaire, chez les patients atteints de sclérose en plaque, qui présentent des difficultés à absorber des nutriments (14).
  • Le curcuma a des propriétés neuro-protectives connues (15). Ses propriétés anti-inflammatoires dans le cas de la sclérose en plaques sont prometteuse mais n’ont pas encore été suffisamment évaluées (16).

L’exercice physique

Taï chi et yoga favorisent la relaxation et diminuent le stress.

Les régimes

Il est important de se faire conseiller par son médecin ou son nutritionniste. Une alimentation adaptée permet d’aider l’organisme à lutter contre la maladie.

Les massages

Ils réduiraient le stress et la dépression. Bien qu’il n’y ait pas d’évidence scientifique quant à l’efficacité des massages pour lutter contre la sclérose en plaque, ils procurent une sensation de bien-être à de nombreux patients.

L’acupuncture

Au même titre que les massages, l’acupuncture est souvent utilisée. Bien que sans preuve scientifique, elle semble diminuer certains symptômes.

La marijuana

Bien que sa consommation soit interdite dans de nombreux endroits elle semble avoir des effets bénéfiques sur les spasmes musculaires.

Finalement, de nombreuses recherches sont encore nécessaires pour mieux connaitre la sclérose en plaques et trouver un traitement. La variabilité de ses formes en font une maladie difficile à étudier et à traiter.

Le vinaigre de cidre de pomme pour traiter l’acné

Comment utiliser le vinaigre de cidre contre l’acné?

Il y a de nombreuses causes toutes différentes qui peuvent potentiellement être la cause de l’acné, tant sur le visage que sur le corps. Certaines d’entres elles sont des déséquilibres hormonaux, alors que d’autres peuvent être spécifiques à la peau comme, une peau grasse sujette à l’acné et aux infections.

Si vous souffrez d’acné, vous connaissez les ennuis que cela peut occasionner. L’acné affecte notre confiance en soi et l’état général de l’esprit. Il y a par contre de bonnes nouvelles, l’acné peut être traitée et guérie de manière tout à fait naturelle et très efficace. Soit, en utilisant du vinaigre de cidre de pomme.

Il est scientifiquement prouvé que les bactéries présentent sur la peau sont la source de l’acné. Cette condition est largement réduite lorsque vous utilisez du vinaigre de cidre pour les soins quotidien de votre visage. Cette solution élimine les bactéries et à des propriétés antiseptiques. Il débouche également vos pores, de sorte que votre peau peut respirer plus naturellement.

Les pores obstrués sont la cause principale de l’acné. Voilà donc l’une des nombreuses utilités du vinaigre de cidre de pomme. Le vinaigre de cidre est utilisé par les célébrités comme Scarlett Johansson pour une peau en santé.

Il est important de mentionner les éléments que le vinaigre de cidre contient. Le vinaigre de cidre contient beaucoup plus de nutriments que vous ne le pensez. Tout comme le jus de pomme, le vinaigre de cidre contient beaucoup de vitamines et de minéraux.

La vitamine B, vitamine C, la niacine, la thiamine et beaucoup d’autres ingrédients aident à nettoyer votre peau tout en favorisant une bonne cicatrisation. Il est également riche en vitamine E, une vitamine qui est bien connue étant capable de promouvoir la beauté de la peau. Si vous utilisez le vinaigre de cidre pour l’acné, vous obtiendrez beaucoup de boosters naturels pour une meilleure apparence de votre peau.

Une autre propriété de du vinaigre de cidre est sont action anti-inflammatoire. Les boutons et points noirs produisent de l’inflammation et des rougeurs dans les zones affectées, de sorte que l’état général de votre peau peut paraître irritée. Cet état est généralement suivie d’apparition de l’acné, mais une bonne façon de s’en prémunir, est l’utilisation du vinaigre de cidre. Il permettra de réduire les taches rouges et d’arrêter une nouvelle infection.

Le pH naturel de la peau est légèrement acide, soit d’environ 5,5. Cet équilibre doit être pris en compte lors du choix des produits pour votre peau. La couche protectrice à la surface de la peau est produite par les glandes sébacées pendant toute la journée. Le vinaigre de cidre est le produit qui favorise un environnement acide et la protection naturelle. Pour cette raison, vous devriez considérer son utilisation à des fins cosmétiques.

Tout le monde peut utiliser le vinaigre de cidre pour le traitement de l’acné, ainsi que les cicatrices d’acné. Il peut être utilisé dans le but de stopper l’évolution d’un bouton d’acné et des dommages aux tissus. Un ingrédient appelé acide lactique est très efficace pour l’adoucissement de la peau et l’aider à retrouver une apparence saine.

De plus, contrairement à d’autres traitements invasifs disponibles en pharmacie, il n’y a aucun effets secondaires à son utilisation. Votre peau aura plus belle apparence en peu de temps. L’amélioration sera visible partout où vous en aurez appliqué.

Si vous envisagez utiliser le vinaigre de cidre de pomme pour le traitement de l’acné, vous prenez une bonne décision. Ce produit est populaire partout dans le monde et ses avantages sont nombreux. Le vinaigre de cidre de pomme possède de nombreuses vertus et son efficacité n’est plus à démontrer.

Le vinaigre de cidre peut s’avérer une aide précieuse pour votre peau et vous aidera, par la même occasion, à vous sentir mieux dans votre peau, en favorisant l’élimination de toutes traces d’acné sur votre peau. Le vinaigre de cidre est un produit puissant, mais surtout, naturel, pour le traitement de l’acné. Procurez-vous du vinaigre de cidre de pomme et profitez de tous les avantages de ce produit pour combattre les signes d’imperfections sur votre peau.

Comment utiliser le vinaigre de cidre pour traiter l’acné ?

  1. Procurez-vous un vinaigre de cidre annoncé « avec la mère« .
  2. Diluer le avec de l’eau dans une proportion de 1 : 1.
    (Si votre peau est particulièrement sensible, vous pouvez en faire une solution encore plus diluée)
  3. Humectez un linge propre et tamponnez-le sur votre visage aux endroits affectés par l’acné.

 

Sensibilité au gluten : Quoi faire et Comment vivre sans gluten

Intolérance au gluten (maladie coeliaque) et sensibilité au gluten non-coeliaque

Quand on parle de sensibilité au gluten, on dit aussi intolérance au gluten. C’est une maladie qui provoque des réactions dans votre corps lorsque vous ingérez du gluten. Le gluten est une protéine que l’on retrouve dans le blé, l’orge et le seigle. Si vous souffrez de sensibilité au gluten, vous devez souffrir de symptômes tels que la fatigue chronique, la constipation, la diarrhée, des ballonnements, des douleurs abdominales anormales ou autres.

Présentement, il n’existe aucun test fiable permettant de détecter une sensibilité au gluten, à moins d’être atteint de la maladie coeliaque. La seule façon de déterminer si vous souffrez de sensibilité au gluten non-coeliaque est de procéder à certains tests et de vous fier à vous sensations.

Que devez-vous faire si vous soupçonnez être atteint de sensibilité au gluten.

Si vous avez remarqué que vous réagissez mal après avoir consommé des aliments contenant du gluten vous devriez consulter un professionnel de la santé afin d’être testé pour la maladie coeliaque. Si vous souffrez de sensibilité au gluten, l’ingestion de produit contenant du gluten entraîneront un état d’inflammation au sein de l’intestin grêle (petit intestin), ce qui rendra l’absorption des nutriments difficile. Vous pourriez alors souffrir d’une perte de poids ou de mal-nutrition.

Souvenez-vous, en voyant un médecin vous pourrez exclure les probabilités de souffrir de la maladie coeliaque. Mais au cas où vous souffririez de la maladie, vous devriez être prudent car il peut conduire à des complications de santé graves, en particulier chez les enfants. Si vous ne subissez pas le test et commencez le régime alimentaire, vos anticorps vont lentement, mais progressivement revenir à la normal.

Toutefois, au cas où vous ne testez pas positif pour la maladie coeliaque, mais réagissez tout de même au gluten, vous devrez partager avec votre médecin car il vous conseillera sur la meilleure chose à faire pour vous.

Comment vivre sans gluten ?

Le seul traitement pour quiconque souffre de sensibilité au gluten est de vous assurer de respecter une diète sans gluten. Si vous souffrez de sensibilité au gluten non-coeliaque, la mesure dans laquelle vous devez éliminer le gluten de votre alimentation dépendamment de votre niveau de sensibilité et de votre style de vie.

Heureusement, il existe de nombreuses alternatives à des aliments courants tels que le pain, les céréales, les aliments cuits au four et les pâtes. Vous devez être conscient que le blé et le gluten peuvent toujours être trouvés dans de nombreux endroits où ne vous y attendez pas.

Le gluten peut se cacher dans la crème glacée, des vitamines, des sirops et des compléments alimentaires. Avant de prendre toute nourriture ou boisson, assurez-vous de lire tous les ingrédients. Aussi, si vous achetez des produits sans gluten, vérifiez s’ils sont certifiés.

Pour conclure

Sensibilité au gluten non-coeliaque ou maladie coeliaque, tous deux peuvent avoir des symptômes semblables. Voilà pourquoi il est très important de comprendre votre état afin que vous puissiez suivre les recommandations appropriées de traitement et ainsi, d’éviter les aliments appropriés.

Parler à votre médecin est la seule façon de savoir si vous souffrez de la maladie coeliaque. Par contre, si vous souffrez de sensibilité au gluten non-coeliaque, vous devriez retirer le gluten de votre alimentation pendant 30 jours pour ensuite le réintroduire et être attentif aux réactions de votre corps.

En outre, vous serez mieux placé pour conseiller vos proches si elles peuvent être à risque pour cette même condition. Mais rappelez-vous qu’il n’y a aucune étude ne prouvant qu’une diète sans gluten puisse vous venir en aide lorsque le but recherché est la perte de poids.

 

 

 

Quels sont les symptômes d’une sensibilité au gluten non-coeliaque?

Suite à une étude américaine publiée ici, il a été démontré que certaines personnes, sans toutefois être coeliaque, souffraient d’une sensibilité au gluten.

De plus, il a été démontré que plusieurs maladies étaient liées à la consommation du gluten. On estime qu’environ 99% des gens qui souffrent de sensibilité ou d’intolérance (maladie coeliaque) n’ont jamais été diagnostiqués.

Il est aussi estimé qu’environ 15% de la population des États-Unis soit sensible au gluten. Êtes-vous l’un d’eux ?

Comment savoir si vous êtes sensible au gluten ?

Voici une liste de 10 symptômes communs de sensibilité au gluten non-coeliaque.

Vous souffrez de …

1 – Troubles digestifs

Si vous souffrez de problèmes digestifs tels que des gas, des ballonnements, de la diarrhée et même des troubles de constipations après avoir consommé des produits contenants du gluten.

2 – Migraines

Les migraines sont un symptôme assez fréquents d’intolérances alimentaires. Si vous souffrez de migraines à la suite d’un repas où vous avez consommé un ou des aliments contenants du gluten, il est possible que celui-ci soit la cause de votre migraine.

3 – Maladie auto-immune

Vous avez reçu un diagnostique de maladie auto-immune. Que ce soit la sclérose en plaques, le diabète de type 2, une thyroïdite de Hashimoto et bien d’autres. Ces maladies, qui sont pour la plupart, toujours incurables par la médecine traditionnelle, sont aujourd’hui soupçonnées d’être causées par cette protéine végétale qu’est le gluten.

4 – Troubles du comportement

Ces troubles du comportement peuvent prendre la forme de troubles anxieux, de dépressions et même le TDAH.

5 – Kératose Pilaire

La kératose pilaire est une maladie de la peau courante. Cette maladie est généralement le résultat de la déficience d’un acide gras ainsi que d’une déficience en vitamine A. Déficiences qui sont peut-être dues à la malabsorption des gras causée par un intestin endommagé par le gluten.

6 – Symptômes neurologique

Si vous souffrez de vertiges ou de pertes d’équilibre.

7 – Inflammation, de gonflement ou de douleurs dans les jointures

Si vous êtes sensible au gluten et que celui-ci en vient à endommager votre paroi intestinale, certaines composants risquent de se retrouver à l’intérieur de votre corps. Comme ce n’est pas leur place et qu’ils sont reconnus comme des corps étrangers par votre système immunitaire, celui-ci provoquera une réaction inflammatoire anormale.

8 – Fatigue ou cerveau embrouillé

Si vous ressentez ces effets suite à un repas contenant du gluten.

9 – Fatigue chronique ou fibromyalgie

Ces diagnostiques sont généralement un indicateur que votre médecin ne réussi pas à trouver la cause exacte de votre fatigue.

10 – Déséquilibre hormonal

Si vous souffrez de syndromes pré-menstruels anormaux ou encore d’un syndrome des ovaires polykystiques. Ce pourrait aussi être la cause d’une infertilité inexplicable.

Comment tester pour une sensibilité au gluten ?

Bien qu’il existe des tests pour diagnostiquer une intolérance au gluten, ce n’est pas le cas pour une sensibilité au gluten. Ce qui en fait une condition beaucoup plus vicieuse. Vous pouvez être des années sans que cela ne cause de véritables problèmes, mais un jour, c’en ait trop et des problèmes majeurs peuvent apparaître.

La meilleure façon de déterminer si vous êtes sensible au gluten, est de l’éliminer complètement de votre diète pendant au minimum 2 à 3 semaines. Ensuite, vous le réintroduisez et notez comment vous vous sentez.

Notez les différences que vous éprouviez durant la période sans gluten et après la réintroduction de celui-ci. Avez-vous une baisse d’énergie, des troubles digestifs (ballonnements, gas, …).

Si c’est le cas, vous souffrez vraisemblablement d’une sensibilité au gluten.

Veuillez noter que le gluten est une très grosse protéine et que son élimination peut prendre plusieurs mois et même des années pour son élimination complète. Donc, plus longtemps vous tiendrez la diète sans gluten avant de le réintroduire, le mieux ce sera.

Veuillez prendre note qu’il est impératif d’éliminer totalement le gluten de votre alimentation pendant la période d’élimination.

Comment traiter une sensibilité au gluten ?

Éliminer 100 % du gluten de votre alimentation. Cela ne signifie pas, éliminer le pain et les pâtes. Non, vous devez éliminer le gluten à 100 %. Prenez soin de bien lire les étiquettes nutritionnelles sur les aliments que vous achetez au supermarché.

Le gluten se retrouve dans une grande variété de produits alimentaire, comme le pain, les pâtes, la sauce soya, certaines marinades à viandes du commerce et bien d’autres. Certains cosmétiques et shampooing contiennent aussi du gluten.

Faites attention aux contaminations croisées, à l’origine, l’avoine ne contient pas de gluten, mais comme elle est très souvent mise en contact avec le blé, il est aussi bon d’éliminer cette céréale de notre alimentation.

Veillez à vérifier si le produit que vous achetez porte la mention « Sans Gluten ». Car tout contact avec le gluten pourrait entraîner des effets indésirables dans votre corps.

Lorsqu’il est question du gluten, il n’y a pas de règle 80/20 qui tiennent. On ne consomme PAS DE GLUTEN en TOUT TEMPS !

Si après cela, vous êtes toujours incertain, vous pouvez toujours consulter un médecin en médecine intégrative ou en médecine fonctionnelle, celui-ci saura vous guider.

Vinaigre de cidre contre les calculs renaux : Ça marche ?

Peut-on vraiment utiliser le vinaigre de cidre contre les calculs rénaux ?

Les calculs rénaux sont une masse solide composés de minéraux et de sels d’acides. De plus, ils sont fabriqué à partir de particules très concentrées. Le principal problème avec les calculs rénaux, est qu’ils provoquent des douleurs atroces au niveau de l’aine et du bas ventre. Ils peuvent aussi entraîner de la fièvre ainsi qu’une miction douloureuse.

Le vinaigre de cidre de pommes est une excellente façon de s’en prémunir. Il est produit par la fermentation des pommes et est généralement utilisé comme un traitement naturel pour de nombreuses maladies de la peau.

Processus de formation des calculs rénaux

Les pierres peuvent être « fabriquées » à partir de diverses matières, mais les calculs les plus communs sont constitués de calcium et d’oxalate. Il y a aussi d’autres types de pierres qui sont formées d’acide urique et de cystine. Si les calculs sont particulièrement douloureux, ils peuvent entraîner des problèmes plus sérieux, comme une infection de l’uretère.

Lorsque la pierre tarde à être évacuée, d’autres méthodes peuvent être utilisées par le médecin pour procéder à sont élimination. Les calculs rénaux peuvent être extraits lors d’une opération chirurgicale ou alors on la brise en petits morceaux, à l’aide d’ondes (LEOC) que l’on dirige vers la pierre, facilitant ainsi son passage et son évacuation par les voies naturelles.

Vous pouvez, vous-même, trouver quelques procédures classiques et nutritionnelles à utiliser pour la prévention des calculs rénaux. Ces méthodes ont pour but d’empêcher la formation des calculs rénaux, qui sont dûs à une pathologie qui est la véritable raison de la formation de ces calculs rénaux. En consommant du vinaigre de cidre de pommes, vous serez en mesure de constater une réduction de la douleur et petit à petit, l’élimination totale de la pierre.

Les symptômes des calculs rénaux

Vous ne serez pas en mesure ressentir les symptômes de vos calculs rénaux tant qu’ils n’auront pas atteint l’uretère. Il n’y a aucun symptôme perceptible alors que la pierre traverse le rein. Par contre, quand le calcul entame sa progression dans l’uretère vers « le site d’évacuation« , vous serez alors, parfaitement en mesure de ressentir certains symptômes parmi les suivants :

  • Ressentir de la douleur dans le côté et à l’arrière, sous les côtes
  • Douleur qui s’étend jusqu’à l’aine et l’abdomen
  • Des nausées et des vomissements
  • Une douleur qui va-et-vient et varie en vigueur
  • Envies d’uriner fréquentes et pressante
  • Douleur au moment d’uriner
  • Frissons et fièvre lorsqu’il y a infection

La douleur ressentie lorsque l’on souffre de calculs rénaux est vraiment très aigüe. Cette douleur peut varier de position car elle se déplace en même temps que la pierre.

Est-il vraiment possible de consommer du vinaigre de cidre de pommes pour éliminer les calculs rénaux ?

Le but de l’utilisation du vinaigre de cidre à pour but de réduire la dimension de la pierre. Essayez de consommer du vinaigre de cidre avec beaucoup d’eau tous les jours, jusqu’à ce que la pierre soit entièrement dissoute ou que celle-ci soit évacuée. Vous devez suivre ce processus jusqu’à ce que la douleur causée par la pierre aux reins soit totalement disparue.

On conseille habituellement d’en ajouter 2 cuillères à soupe dans un verre de 8 onces d’eau et ce, une fois par jour. Il est aussi recommandé de boire de grandes quantités d’eau. Les calculs rénaux, au contact du vinaigre de cidre, devraient se dissoudre dans les 24 à 48 heures suivant le début du traitement.

Si toutefois, vous souffrez de calculs rénaux à répétition, vous pourriez envisager de consommer une cuillère à soupe de vinaigre de cidre dans 8 onces d’eau à chaque jour. Cela, dans le but d’éviter de souffrir de calculs rénaux.

Une autre méthode consiste à plonger un linge dans le vinaigre de cidre et d’appliquer le linge sur la zone douloureuse. Cette utilisation du vinaigre de cidre aide à adoucir la pierre et s’avère particulièrement efficace lorsqu’elle est associée à la consommation de vinaigre de cidre.

Le vinaigre de cidre de pommes en prévention des calculs rénaux

Les calculs rénaux se forment lorsque des minéraux coagulent et se combinent pour former des cristaux. Ces cristaux solides se développent dans les reins de la personne. Les pierres peuvent être de tailles variables, allant du grain de sable à des pierres de plus d’un centimètre. Toutefois, ces cas sont rares.

Parfois, une personne peut éliminer les calculs rénaux dans son urine et ce, dès leur formation. Par contre, lorsqu’ils atteignent une certaine taille, ils peuvent produire un blocage dans l’uretère et causer des douleurs. Le vinaigre de cidre peut alors aider à réduire la taille et favoriser son élimination.

Le vinaigre de cidre est utilisé dans le but de contrôler le niveau d’acide acétique. En dépit du fait que le vinaigre de cidre soit acide, des études ont prouvé qu’il a un effet alcalinisant. Tout au long du processus de digestion, il y a sécrétion d’acide chlorhydrique et de bicarbonate dans le système digestif. Le bicarbonate est un liquide biologique très alcalin produit par le pancréas, et sa tâche est d’alcaliniser les sucs gastriques. Sa présence à pour but d’améliorer la digestion de la nourriture.

Alors OUI, vous pouvez simplement consommer du vinaigre de cidre dans le but de prévenir les calculs rénaux

Le vinaigre de cidre améliore le processus peptique et la fabrication d’acide chlorhydrique en raison de son effet alcalinisant. En outre, il permet de contrôler l’alcalinité de l’urine et du sang. Le vinaigre de cidre permet donc de diminuer le niveau d’acidité dans votre corps. Pour sa capacité à alcaliniser et ainsi augmenter le pH du corps humain, le vinaigre de cidre de pommes à de multiples usages pouvant améliorer notre santé.