Quels sont les symptômes d’une sensibilité au gluten non-coeliaque?

Suite à une étude américaine publiée ici, il a été démontré que certaines personnes, sans toutefois être coeliaque, souffraient d’une sensibilité au gluten.

De plus, il a été démontré que plusieurs maladies étaient liées à la consommation du gluten. On estime qu’environ 99% des gens qui souffrent de sensibilité ou d’intolérance (maladie coeliaque) n’ont jamais été diagnostiqués.

Il est aussi estimé qu’environ 15% de la population des États-Unis soit sensible au gluten. Êtes-vous l’un d’eux ?

Comment savoir si vous êtes sensible au gluten ?

Voici une liste de 10 symptômes communs de sensibilité au gluten non-coeliaque.

Vous souffrez de …

1 – Troubles digestifs

Si vous souffrez de problèmes digestifs tels que des gas, des ballonnements, de la diarrhée et même des troubles de constipations après avoir consommé des produits contenants du gluten.

2 – Migraines

Les migraines sont un symptôme assez fréquents d’intolérances alimentaires. Si vous souffrez de migraines à la suite d’un repas où vous avez consommé un ou des aliments contenants du gluten, il est possible que celui-ci soit la cause de votre migraine.

3 – Maladie auto-immune

Vous avez reçu un diagnostique de maladie auto-immune. Que ce soit la sclérose en plaques, le diabète de type 2, une thyroïdite de Hashimoto et bien d’autres. Ces maladies, qui sont pour la plupart, toujours incurables par la médecine traditionnelle, sont aujourd’hui soupçonnées d’être causées par cette protéine végétale qu’est le gluten.

4 – Troubles du comportement

Ces troubles du comportement peuvent prendre la forme de troubles anxieux, de dépressions et même le TDAH.

5 – Kératose Pilaire

La kératose pilaire est une maladie de la peau courante. Cette maladie est généralement le résultat de la déficience d’un acide gras ainsi que d’une déficience en vitamine A. Déficiences qui sont peut-être dues à la malabsorption des gras causée par un intestin endommagé par le gluten.

6 – Symptômes neurologique

Si vous souffrez de vertiges ou de pertes d’équilibre.

7 – Inflammation, de gonflement ou de douleurs dans les jointures

Si vous êtes sensible au gluten et que celui-ci en vient à endommager votre paroi intestinale, certaines composants risquent de se retrouver à l’intérieur de votre corps. Comme ce n’est pas leur place et qu’ils sont reconnus comme des corps étrangers par votre système immunitaire, celui-ci provoquera une réaction inflammatoire anormale.

8 – Fatigue ou cerveau embrouillé

Si vous ressentez ces effets suite à un repas contenant du gluten.

9 – Fatigue chronique ou fibromyalgie

Ces diagnostiques sont généralement un indicateur que votre médecin ne réussi pas à trouver la cause exacte de votre fatigue.

10 – Déséquilibre hormonal

Si vous souffrez de syndromes pré-menstruels anormaux ou encore d’un syndrome des ovaires polykystiques. Ce pourrait aussi être la cause d’une infertilité inexplicable.

Comment tester pour une sensibilité au gluten ?

Bien qu’il existe des tests pour diagnostiquer une intolérance au gluten, ce n’est pas le cas pour une sensibilité au gluten. Ce qui en fait une condition beaucoup plus vicieuse. Vous pouvez être des années sans que cela ne cause de véritables problèmes, mais un jour, c’en ait trop et des problèmes majeurs peuvent apparaître.

La meilleure façon de déterminer si vous êtes sensible au gluten, est de l’éliminer complètement de votre diète pendant au minimum 2 à 3 semaines. Ensuite, vous le réintroduisez et notez comment vous vous sentez.

Notez les différences que vous éprouviez durant la période sans gluten et après la réintroduction de celui-ci. Avez-vous une baisse d’énergie, des troubles digestifs (ballonnements, gas, …).

Si c’est le cas, vous souffrez vraisemblablement d’une sensibilité au gluten.

Veuillez noter que le gluten est une très grosse protéine et que son élimination peut prendre plusieurs mois et même des années pour son élimination complète. Donc, plus longtemps vous tiendrez la diète sans gluten avant de le réintroduire, le mieux ce sera.

Veuillez prendre note qu’il est impératif d’éliminer totalement le gluten de votre alimentation pendant la période d’élimination.

Comment traiter une sensibilité au gluten ?

Éliminer 100 % du gluten de votre alimentation. Cela ne signifie pas, éliminer le pain et les pâtes. Non, vous devez éliminer le gluten à 100 %. Prenez soin de bien lire les étiquettes nutritionnelles sur les aliments que vous achetez au supermarché.

Le gluten se retrouve dans une grande variété de produits alimentaire, comme le pain, les pâtes, la sauce soya, certaines marinades à viandes du commerce et bien d’autres. Certains cosmétiques et shampooing contiennent aussi du gluten.

Faites attention aux contaminations croisées, à l’origine, l’avoine ne contient pas de gluten, mais comme elle est très souvent mise en contact avec le blé, il est aussi bon d’éliminer cette céréale de notre alimentation.

Veillez à vérifier si le produit que vous achetez porte la mention « Sans Gluten ». Car tout contact avec le gluten pourrait entraîner des effets indésirables dans votre corps.

Lorsqu’il est question du gluten, il n’y a pas de règle 80/20 qui tiennent. On ne consomme PAS DE GLUTEN en TOUT TEMPS !

Si après cela, vous êtes toujours incertain, vous pouvez toujours consulter un médecin en médecine intégrative ou en médecine fonctionnelle, celui-ci saura vous guider.